chap 43Mature

Alors que nos deux twins doivent fuir dans la précipitation, la vieille dame haute comme trois pommes qui avait chantepleuré au “On the Rocks,” le bar-bibliothéque de Lil'Bad, tentait de rentrer chez elle sans se précipiter, essayant de ne pas se faire renverser par la foule qui l'entourait. Au passage elle coupait les bourses des uns et piquait les porte-feuilles des autres, profitant de sa petite taille et du fait que tout le monde était serré comme dans une boîte de ripaille -well, tripailles, really, but chut, nobody knows. Des écrans délivraient des publicités et des news en continu, tout comme les journaux au papier transparent dont l'encre bougeait selon des fluctuations électriques, ce qui fait que l'on pouvait avoir des vidéos sur un support souple sans trop de souci, qui étaient vendus un peu partout dans les rues. Les crieurs vendaient aussi les journaux, quémandant un peu de monnaie en échange. Mais notre mammie n'avait que faire de tout cela, occupée qu'elle était, doing her, il fallait l'avouer quite dirty, deed. It was her petit plaisir in life. Soulager les grands et petits de ce monde d'un tout petit peu d'argent. Et ensuite, bien entendu, voir leur rageuse surprise, quand ils se rendaient compte qu'ils n'avaient plus de bourse ou de porte-feuilles dans leurs poches, sûrs pourtant de les avoir pris sur eux. Après un moment de réflexion et une fois la rage passée, ils rentraient chez eux, déçus de ne pas savoir où était leur monnaie. Des fois, elle trouvait des trucs inhabituels parmi les choses qu'elle volait. Incongrus étaient des sextoys, des petites figurines à l'allure bizarre, des insectes, des bonbons sucés et oubliés là par leur propriétaire, ect... Des objets en tout genre tombaient ainsi entre ses mains agiles et ridées. Après tout, personne ne saurait raisonnablement soupçonner cette vieille, toute sénile qu'elle semblait. Et pourtant.. Quelqu'un la surveillait de loin, avec de miniscules jumelles. Un personage habillé d'un trenchcoat, une clope au bec, un chapeau melon bien boulonné sur sa tête, était décidément bien avide de ses moindres gestes et faits.

The End

0 comments about this work Feed