chap 39Mature

'Okay, okay, I am sorry, I am a baka. There! Heard that? In fact, we are both bakas! Happy now?'
'Ouais!' puis s'adressant à l'oiseau: 'Bon, maintenant mon petit gars, toi, tu dégages' et il lui donna un coup de poing.
L'oiseau, sentant par quelque façon le coup venir, se retourna et eût un regard apeuré, en proie à une soudaine panique artificielle qui vidangea ses rouages. Il essaya bien de planter bec et griffes dans le poing. Mais c'était trop tard le poing était déjà sur lui. Des rouages se défirent, brillants et suintants d'huile de coude, un oeil de verre se brisa, éclats éparpillés aux quatres vents, une aile se replia, les fils et ressorts ne résistant plus à la pression, trop étirés qu'ils étaient, mais ne se brisèrent pas.
'Prends ça, mon coco! Et ça, et ça, et ça!' fît l'autre, se défoulant sur l'oiseau de métal de malheur.
'Je peux?' asked the other, une fois remis de sa panique.
'Ah, non, tu vas quand même pas me voler mon moment de gloire, hein!?' répliqua the other.
'Quoi? Je suis perdu, là... When did I ever steal your moment of glory, bro? When?'
'At birth, frangin!'
'Oh, mais j'y peux rien, voyons, c'était le hasard qui a voulu ça. Le hasard, je te dis, bro!' coupa le frère aîné.
'Tu vas me laisser finir, bordel, oui ou non?' l'aîné se résigna  au courroux de l'autre. 'Et voilà, maintenant, je sais plus où j'en suis, maudit sois-tu, frangin! Said the other, still punching the poor birdy, sonné depuis le premier coup de poing, dont les rouages se vidaient de leur huile. Après un dernier coup de boule rageur, le cadet fînit par lâcher le perroquet messager, qui n'allait plus transmettre de message pendant un bon moment. Oui, un long moment indeed.

The End

0 comments about this work Feed