chap xxxiiMature

'Du calme, du calme' clama the young inspector, remis d'aplomb, pas très rassuré sur ce coup. En effet, la train n'avait jamais fait la moindre embardée jusqu'ici et il n'y avait aucune raison à ce que cela n'arrive maintenant, quoi. Tout semblait porter à croire qu'on était à l'aube d'une catastrophe et pas des moindres, qui plus est.

L'origine du problème fût bien simple à trouver: une ouverte béante avait été faîte dans la carcasse du train, pourtant réputé pour pouvoir naviguer dans la gelée cosmique et le temps, d'où en découlait maintenant une armada de petits poissons des brumes, tout affolés, poursuivis par des êtres étranges. Ils ressemblaient à des humains, quoique d'une taille ridicule, aux rangées de dents particulièrement acérées et aux fines ailes de libellule.

'Ah bah ça alors! Des Faeries,' annonça tout bêtement Nia, l'ancien Ak'lou.

'Je les croyais éteintes depuis la mise en place du système écologique “Relais,” du moins, dans ce monde,' fît la motarde, au courant des nouvelles, ainsi que les moeurs, les cultures et l'Histoire, de tout un tas de mondes. Elle-même avait d'ailleurs voyagé entre différents univers, en motarde avertie.

'Ben, ouais, elles sont supposées avoir disparu depuis mais faut croire que non, loin s'en faut. Vois la taille de leur essaim, c'est énorme!'

'Eh, regardez, là, un cadavre!' coupa court the young inspector, s'en approchant à pas de loup, pour ne pas se faire remarquer des Faeries, le corps gisant dans la partie reculée du train, là où le trou avait été fait. The young inspector recueillît le frêle cadavre et le ramena vers les autres passagers.

'Tiens, tiens, un écureuil. J'en ai vu un à bord il y a pas si longtemps. Il n'y a là aucun mystère, il sera sans nul doute dead of fright,' expliqua un autre personnage, à l'allure bourgeoise, un monocle grossissant maintenu sur le nez.

'Non, je ne crois pas, il a saigné abondamment, voyez, là, sa cuisse a été déchiquetée quand l'accident a eu lieu,' répliqua quelqu'un d'autre, un personnage très pâle tout vêtu de noir. 'Il y a même un peu de liquide étranger dans la plaie. Et ça colle un peu. Sans nul doute de la salive. On dirait bien qu'un énorme animal aura eu une faim soudaine, après avoir senti le pauvre petit.'

'Bon, oki, et qu'est-ce qu'on fait pour ce trou béant?' demanda un passager.

'Du calme, voyons, on trouvera bien quelque chose,' fît the young inspector, still not reassured after all.

'Et ces “Faeries”, comme les a appelées quelqu'un, elles sont dangereuses, pas vrai? M'est avis c'est plus urgent que le trou, z'êtes pas d'accord, vous autres?' demanda un autre passager à la cantonade.

'A vrai dire, pas tant que ça, elles sont censés ne s'attaquer qu'aux poissons, les humains qui se sont fait bouffer dans le temps n'était qu'en cas d'ultime recours,' répliqua le vieux Nia, 'Malgré tout, je vous conseille de les laisser tranquillous, ces petites bêtes là sont assez hargneuses quand elles le veulent, d'autant plus en gros essaim, comme c'est le cas ici.'

The End

0 comments about this work Feed