chap xxviiiMature

Et, en effet, la solution se présenta d'elle-même... Après avoir descendu une petite centaine de marches, ils trouvérent une porte. Derrière celle-ci, ils découvrirent un balcon sur lequel squattait apparemment un SDF, un sans destination fixe, et y faisait sécher son linge. Le clodo lisait un journal avec le cas du meurtre du gars de la haute et de l'arrestation qui s'était promptly ensuivie, en gros titre. Reconnaissant là leur boss, Koto-sama, les deux twins piquérent le journal des mains poisseuses et pourtant propres du clodo. Ils prirent la mesure exacte de ce qui s'était passé en leur absence.

'Eh, mon gars? Tu pourrais nous dire où on est là?' demanda le twin au court nez.

'Oh, oh, on veut savoir où qu'on se trouve, hein, les amiches? Ça va vous coûter plus qu'un peu!' fît le clodo, sticking out his arm et quémandant de la main, un doigt pointé vers les tripailles que les twins tenaient dans leurs bras, derrière le dos, depuis qu'ils avaient aperçu le clodo.

Les deux twins se regardèrent dans le blanc de l'oeil, les rouages de leurs cerveaux respectifs tournant à une allure peu habituelle pour les deux larbins qu'ils étaient.

'Bien sûr, bien sûr, un peu!'

'Allons, quoi, plus!'

'Non, pas plus, point barre.'

'Eh bien, on veut plus savoir où on est? Tant pis...' soupira le clodo avec un haussement des épaules, se retournant vers son linge et sa couchette improvisée.

'Bon, bon, très bien, si c'est comme ça, ça va barder!' coléra un des deux twins.

'Eh, calmos frangin, ça sert à rien, ce n'est qu'un peu de tripailles. Come on, let him have it!' murmura l'autre, tout bas.

'C'est bien pour tes beaux yeux, mon salaud! Tiens, espèce d'enflure d'arnaqueur à la con!'

Le clodo, avec un sourire des plus édentés, compta les tripailles et répondit 'Les amiches, on est ici à Coeurjoy, la ville comptant le plus de bordels et par conséquent de kupu-kupu malam, vous savez, les night butterflies et ce, de tout le monde, que dis-je? De l'univers, mes coquinous!

'Ouais, ouais, on voit, Coeurjoy, la cité-bordel... Et bah fuck, ça en fait une trotte depuis Koto-sama's birthcity, Boiels.'

'Ah, puisque je me sens d'humeur généreuse, pour une demi tripaille de plus, je vous filerai bien mon journal, je l'ai fini depuis longtemps et je le relisais car je m'ennuyais un 'tit peu, là! Alors qu'en dîtes-vous?' le clodo se pencha en avant, fermant un oeil puis: 'Intéressés?'

'Ouais, tiens!' gronda un des deux twins, celui qui n'avait pas décoléré depuis tout à l'heure.

Ils apprirent par le biais du journal que quelques semaines seulement s'étaient écoulé depuis l'arrestation de leur boss, Koto-sama, qui était maintenant incarcéré dans une des prisons privées appartenant à Liquid Vices, la société-écran de Lil'Bad.

The End

0 comments about this work Feed