chap xxiiiMature

Laissée là à son propre sort with a tired Daddy-o and a more than frightened nahjku, la little miss se mît à trembler comme une feuille pleine d'émotions. Sa main se crispa alors sur sa plate and sorry poitrine, à l'endroit désigné où le coeur supposedly bat vigoureusement -ou pas, c'est selon, ou même pas du tout, comme c'est le cas chez les morts- tout en chacun et chacune. 'I know, you idiot. I know that,' murmura-t-elle.

Un bruit familier mais inaudible except for the young mistress, qui détourna les yeux towards one of the portes dérobées.

'I know it is one of you. What?' snapped the young mistress, très sèche.

A janitor en sortit, sa tenue bleue pleine de l'huile de coude utilisée par les janitors. 'Noble mistress Lingpik, vous m'en voyez sorry d'avoir à vous déranger.' The janitor s'épongea le front, nervous.

'We ran into a bit of a...' The janitor s'interrompît, cherchant le bon mot.

'A trouble, right?'

'Yes, assurément. This concerns all janitors and I didn't know if I should take it to them or not, so at a last resort, I thought that you could...'

'Me? But why?'

'...'

'Bah, qu'importe! So, tell me.'

'Yes, young mistress, first a bug appeared with the system of matérialisation d'outils utiles, actuellement entre les mains de votre old boss, le gator.'

'Bah, I am sure that old geezer will have made a mistake somewhere...'

'Anyway, the bug a fait qu'une truelle en soit apparu à la place de la fameuse Travelling Shovel of Death.'

A ce moment-là, Neeta Lingpik éclata d'un rire si gai et cristallin that the janitor en rougit, more used to see the young mistress sérieuse en toutes circonstances.

'Sorry, sorry. But come on, une truelle? Impossible!'

'Et pourtant... regardez my monitoring console.'

'Je te crois, janitor-chan. Si tu me dis de regarder ça, c'est que c'est du sérieux. Quoi d'autre?'

'Eh bien, je n'arrive plus à contacter certains de mes collègues, ce qui est très curieux, sachant que notre mode de communication passe n'importe où, même dans un trou noir ou une autre dimension, ou une réalité alternative, et n'importe quand, should we ever need to go see the big bang, which, by the way, only one of us even dared to.'

'So, the rumours I heard are true, huh? You can travel anywhere and everywhere, anytime and every times, anywhen and everywhen,' dit the young mistress, songeuse.

'Well, we are The Janitors after all.' déclara the janitor, full of fierté.

'I know. And indeed, it seems strange. I am really curious now.'

'So, you will help us, right? I don't need to warn the others?' asked the janitor, eyes full of hopes.

'Well, yeah, I will do what I can but it will take time to investigate your troubles.'

'Arigatou!' said the janitor, relieved to not have to warn the others. Un bip se fît entendre depuis la console. 'Ah, c'est le moment de me sauver. J'y go, moi. Que la trippaille soit avec vous, your majesty!'

The End

0 comments about this work Feed