chap xxMature

'N'en faîtes point état, dear. Continuez, je vous prie,' déclara the human à la cantonade.

'Spalou-jiisan, mon vieux, va falloir que vous appreniez à ne pas effaroucher votre joyeuseté et à mieux la traiter, ou sinon, elle risque de sursauter au moindre de vos pas et par la même, mourir de stress,' gronda Lil'Bad, le plus gros fournisseur de joyeusetés en tout genre dans la ville.

'Allons, allons, dear, no need to be frightened, child, come here,' couina mielleusement Spalou, tapotant le lit à baldaquins sur lequel lui et Lil'Bad se trouvaient encore.

The nahjku s'approcha très doucement, à pas feutrés, on aurait pu dire.

'Encore un peu, mon enfant, voilà. C'est ça, tout doux.'

The nahjku continua à s'avancer, quoiqu'à contrecoeur. Ses jrukés, des filaments microscopiques, frémissaient. Forcément, les nahjkus étant des créatures normalement très effrontées, Spalou avait demandé à ce qu'on lui en apporte one qui ne le soit pas et Lil'Bad, en good kouhai, s'était bien entendu chargé de lui en dénicher une, avec l'aide évidente de ses contacts que Lil'Bad avait tenté en vain de cajoler et gâter des années durant, eux qui alors faisaient bussiness with the old man, et que Lil'Bad s'était ensuite vu hériter quand Spalou-jiisan avait déclenché fureur parmi les tabloïds, déclarant enfin prendre sa retraite dans l'un des plus hauts buildings de ce monde.

Lil'Bad devait tout son succés et sa fortune au vieil acariâtre increvable qu'était sans conteste Spalou, pratical man, s'il en était, qui, le premier, avait su tirer profit de la mafia pour que quiconque voulant se débarrasser de cadavres non traités par le gouvernement puisse le faire sans trop de soucis. Cette idée lui avait valu un tel empire qu'il dominait littéralement le globe. En fait de récompense, il se fît construire dans la chambre même de chacun des hôtels qu'il possédait et ce, dans toutes ses villes préférées, une plaque de téléportation privée, reliée au système officiellement détenu par les petits états-cités, normalment réservé aux officiels et encore... Seule une minorité avait lu les transcripts du projet Limited Teleportation et avait eu l'occasion d'en savoir plus sur le système en question, cercle réputé emotionless and as such, unbribable. Du coup, nul ne savait comment Spalou, à la base humble monte-en-l'air plein de charme, s'était mis sous l'aile et les dents l'inventeuse de génie en question et non moins chieuse de demoiselle, Neeta Lingpik, de la société du gator au béret qui se gratte les couilles.

The End

0 comments about this work Feed