chap xivMature

Quant à Koto-sama... Eh bien, after finding themself imprisoned au placard sans d'autre raison que d'avoir été un badaud sur les lieux du crime et la gueule de perfect criminal, Koto-sama avait demandé à ce qu'on aille récupérer son gros pavé, en attendant que l'appeal vînt. Parce que, oui, l'appeal avait été fixé dans un mois ou deux et rien ne présageait que ça se passerait bien pour Koto-sama. Toujours est-il que Koto-sama avait besoin de concentration pour lire, et qu'ici, au placard, c'était bel et bien un luxe, que de pouvoir se concentrer, tant il y avait le souk parmi ses compagnons d'infortune: les uns braillaient à cracher leur poumons, et leurs coeurs par la même occasion, d'autres se faisaient tabasser dans la plus grande joie par les damn geôliers, certains s'étaient pris d'une soudaine envie de chanter la vieille rengaine des récupérateurs de tripailles -H! a janitor s'étant permis de chantepleurer précédemment- d'autres encore, aimables comme les portes de prison qu'ils avaient devant leurs yeux tout ébahis, chialaient pour leur fix et, enfin, les amoureux rivalisaient à cor et à cri pour savoir qui, des deux ou trois ou quatre tenait le plus à l'autre ou aux autres.

Cela tenait du miracle que Koto-sama ne soit pas devenu barge pour le coup. Miracle, encore, il aurait fallu pour que quiconque puisse se concentrer pour arriver à lire ne serait-ce qu'une phrase dans ces conditions pas très idylliques. Et pourtant, quelqu'un y parvenait. En passant, ce n'était nullement Koto-sama mais Koto-sama's placard mate, une naine qui était apparemment sourde sans l'être puisqu'elle semblait prêter l'oreille à la vieille rengaine des récupérateurs de tripailles.

'Oyez oyez, c'était du joli, ça!' s'exclama la naine, une fois au bout de la rengaine. 'Eh, t'es y pas d'accord, là-haut?'

'Aye, j'avais même l'habitude de les chanter avec deux larbins avant de me retrouver ici, au placard,' répondit Koto-sama, toujours en train de tenter de lire, en vain.

'Ah, ouais, c'était toi, hein, qu'on a arrêté pour la liquidation du gars de la haute, y est-y pas vrai? Bah bravo, t'as fait fort sur ce coup.'

'Ouais, et alors? On m'a arrêté parce que j'étais dans le lupanar à l'arrivé des first poulets and 'cause I happen to have one of these faces, you know?'

'Si tu le dis! M'enfin moi, pour ce que j'en ai à faire, tu sais...'

Koto-sama, n'y tenant plus, jeta enfin l'éponge: 'Bordel de merde, comment tu fais pour lire ici, dans ces conditions de merde, hein? Tu veux bien me le dire, please? Parce que moi je suis à bout depuis a good while, là.'

'Are we jelly? Hihi... Easy peasy. The thing about me is that je suis schizo, vois-tu. Donc, bon, du coup, tu sais, me and the noise, quand on s'y met, on fait de sacrés joyeux lurons, if I may say so meself!'

'Pas trop dur pour filtrer?' demanda gentiment Koto-sama.

'Ah, ça, c'est another story, as they say. Toute autre, yep,' déclara la naine, still reading.

'I am still a tad jelly, though,' murmura silently Koto-sama, dans sa barbe, trying once again to read.

The End

0 comments about this work Feed