chap iiMature

A moment later, when reviewing their exploits of the day, C. & K. burent leurs boissons quotidiennes et discutèrent de leur boss.

'Ya think he is good there?'

'Ah, don't worry for Koto-sama, just drinking.'

(haussement d'épaules de la part d'un des deux puis:) 'si tu le dis, I will trust ya, bro!'

Pour eux, les journées passérent ainsi, dans la tripaille, le sang et la cervelle, rodés qu'ils étaient à leur tâche d'Ak'lous de bas étage, récupérateurs de tripes pour la société du gator au béret qui se gratte les couilles and used to that way of things.

Les tripes étaient ensuite remontées sur les plateformes automatisées par de-là la mer de brumes. Nul parmi le trio savait à quoi servaient les tripes ainsi moissonnées mais je puis vous le dire, moi...

Indeed, voyez comme les tripes sont remontées à la surface de la mer des brumes puis acheminées par les plateformes tractées à l'aide d'embarcations en des conserveries. Là, nos bonnes tripes se voyaient mises en conserve puis distribuées à la haute comme produit d'alimentation de luxe et aux bonnes gens de la pauvre populace comme moyen de subsistance quotidienne alike. Même tripaille, même rippaille, comme qui dirait. Just at different price for different market -different packaging too, as ya can expect from this kind of enterprise.

Bref, pas de petits profits de perdus.

Mais revenons-en à notre cher trio, qui refaisait surface à la mer des brumes, inconscient du fruit de leurs dures labeurs, shall we?

The only issue on the surface was the double sun ; too bright for these braves Ak'lous, peu habitués qu'ils étaient à la lumière, qui, du coup, se voyaient obligés de porter des masques informes pour s'en protéger.

Ils rejoignirent la ville la plus proche, trop contents de profiter de leurs misérables salaires, surtout les jumeaux. Car Koto-sama détestait la ville qui avait vu sa naissance et qui verrait sûrement aussi sa mort qui n'allait que trop tarder, à son humble avis. Si ça ne tenait qu'à Koto-sama, Koto-sama aurait depuis longtemps mis les voiles, à faire le mort et à se tirer là, sur une nacelle vagabonde qui avait vu plus d'un cadavre, si ce n'était que pour les jumeaux. Les sacrés cons qu'ils étaient n'en auraient pas mené bien large si ce n'était pour Koto-sama. Comprenez bien par là qu'ils étaient de bien précieux amis, ces deux inséparables. Pires qu'un couple d'inséparables si vous voulez savoir mon avis.

Les jumeaux, eux, n'étaient pas nés dans le coin, venant problablement du grand continent.

The End

0 comments about this work Feed