sur un arbre perché

Il fallait impérativement larguer du lest... mais où trouver du lest? J'effectuai brièvement une rotation à 180° par la gauche, puis une autre, puis une autre encore. Je perdis finalement le compte, mais peu importait... la nacelle venait d'atteindre la cime des arbres. Ceux-ci se plaignirent d'un long et surtout terrifiant: "crrrrrrrrrrrrrrac". La toile quant à elle continuait de s'affaisser lentement, déposant sur moi et mon véhicule fortuit un grand linceul pesant. Ledit linceul appuyant de tout son poid sur la nacelle (et conséquemment les arbres), la chute reprit peu à peu son cours. Bien sur, je n'en vis rien aveuglé que j'étais par le drap blanc de la mort, je ne pus que sentir le sol (ou plutôt les branches) se dérober sous la nacelle. Si je restais dans celle-ci, je mourrais à coup sur. N'écoutant que mon instinct, je m'extirpai de sous la toile et avisant une branche qui passait par là, m'en saisis. Je m'y cramponnai si bien que quelques instants plus tard, ouvrant un oeil, je pus constater le terrible spectacle qui demeurerait pour les siècles des siècles la preuve tangible de la fragilité de la science.En effet, je me trouvais à quelques dizaine de mètres en surplomb de la défunte merveille et son état semblait des plus critiques. La toile était déchirée, et les morceaux qui restaient de la nacelle ne faisaient guère plus de 30 griffes et demi pour les plus larges.

De mon promontoire, je discernai alors un petit chaudron, dissimulé dans un des trous du tronc de l'arbre jouxtant le mien par la gauche. Et ce chaudron, qui n'avait rien d'extraordinaire en soi, contenait la chose que tous les ragondins veulent: l'onde sensuelle.Seulement voilà: comment l'atteindre?

The End

3 comments about this story Feed