Le StagiaireMature

Tout le monde sait que lorsque qu’une poule se fait couper la tête, la bête continue de courir pendant quelques instants avant de s’effondrer.  Je n’ai jamais cru que la chose se reproduirait lorsqu’il couperait la tête de Marielle – un autre type de poule.  Mais j’ai tout de même été déçu de voir son corps s’affaisser lourdement et que ça en ait terminé là.  Le sang a giclé à quelques reprises mais sans plus.

 

Il a retourné la tête de son pied et regardé la morte droit dans les yeux, un peu comme s’il y cherchait quelque chose.  Il a planté sa hache dans la bûche et s’en est retourné vers le chalet.  

 

« Nettoie ses vêtements et lave bien son corps.  Laisse la tête. »  Il n’avait pas dit mot depuis le matin.  Sa voix sonnait faux. 

 

J’ai fait ce qu’il m’a dit, comme à l’habitude.  Je l’ai déshabillée et j’ai lavé ses vêtements dans le lac.  Ils étaient poussiéreux, mais aucune trace de sang n’y avait éclaboussé.  J’ai étendu le tout sur la corde à linge, la journée était assez ensoleillée pour sécher le tout en peu de temps.  

 

Je me suis ensuite emparé de son corps nu, et je l’ai amené au lac.  Son corps était parfait, sa peau impeccable.  Ses seins sautillaient à chaque pas que je faisais.  Cela m’a excité, et un début d’érection s’est fait sentir dans mon pantalon.  

 

Je me suis assied dans le lac, avec le corps de Marielle dans les bras, et j’ai nettoyé avec mes mains nues chaque centimètre de son corps.  Je me suis aperçu après avoir longuement et tendrement frotté ses seins et son entre-jambe que mon érection était de béton.  

 

Assis dans l’eau jusqu’aux épaules, le corps décapité de Marielle dans mes bras, je me suis masturbé deux fois.

The End

25 comments about this story Feed