Claire

Claire se définissait justement ainsi: femme, dans la 23-aine, déteste son prénom et le jaune. 

Elle n'avait jamais aimé son nom.

C'est comprenable, mais pas justifiable. Comprenable, parce que la multiplicité de jeux de mots douteux que l'on peut faire à partir de son prénom a donné à Claire une overdose de rire jaune. Et en fait, elle en déteste même la couleur. 

Comme quoi à l'usure...

Mais comme si c'était un peu planifié, son nom de famille était... Fontaine. Claire Fontaine. Ça lui donnait une autre raison de détester l'univers. 

Claire Fontaine détestait évidemment tout le domaine aquatique, en plus de tout ce qu'elle pouvait bien détester. La liste s'allongeait au fur et à mesure des jours qu'elle passait à ruminer sur sa condition quelques peu pitoyable. En fait, rien ne semblait pouvoir rendre Claire joyeuse. Même l'idée de changer de nom, événement qui semblait être la cause de tous ses malheurs, ne l'enchantait pas du tout. Cela la faisait, paradoxalement, sortir de ses gonds particulièrement violemment. 

Cas perdu? Peut-être. Personne ne voulait l'admettre, mais Claire Fontaine commençait à faire fuir tout le monde, car sa mauvaise humeur ne se dissipait même pas au contact des gens heureux. Même, elle disait que les gens heureux n'étaient pas assez heureux pour qu'elle même soit heureuse à leur contact: elle, au moins, ne faisait pas les choses à moitié, et elle était ainsi malheureuse pour tous. Joyeuse philosophie.

Fallait-il qu'elle rencontre un Bernard? Fallait-il que, à l'instar d'Adam, elle se mette à courir inlassablement après l'inconnu (pardon, l'Inconnu avec un grand I)? Peut-être que, pour Claire Fontaine, c'était davantage l'amour d'elle-même qu'il lui fallait trouver. 

Trouver quelque chose comme son Bernard Intérieur.

[Oh, d'ailleurs, à cet effet, Alain croit qu'il a oublié de saluer tous les vrais Bernard de ce monde. Mention spéciale à leur prénom qui, par le fruit d'un heureux hasard, tout comme celui d'Alain, il faut préciser, est devenu symbole de... Bernattitude. Alain est désolé du mauvais jeu de mot. Ceci étant dit, de retour à Claire Fontaine: ] 

Mais, enfin, Claire Fontaine est effectivement un personnage fictif. Malheureusement, elle est représentative d'une partie de la population qui est blasée par l'hiver ou par je ne sais quoi de... blasant, et qui de leur attitude blasée réussissent à blaser tout le monde. Donc, à tous les Claire Fontaine de ce monde, s'il vous plaît, et surtout par Beau temps Bon temps, déblasez-vous. Ça fait du bien, de temps en temps, de trouver la vie joyeuse, aussi joyeuse que le printemps. 

The End

4 comments about this story Feed